Après avoir écoulé plus de 70 000 exemplaires de sa Revue pendant le dernier trimestre de l’année 2010, les ventes au premier trimestre 2011 ont chuté de  70% par rapport aux prévisions de Logitech, seulement 15 000 exemplaires ont trouvé preneur !

Comme Apple avec sa première génération d’Apple TV, Google a vu trop gros, trop compliqué, trop cher et n’a pas réussi à séduire le grand public avec sa séduisante Google TV. Séduisante sur le papier, mais souffrant à la fois d’une interface bâclée et de l’absence d’applications notables malgré l’annonce de l’arrivée d’un Market lors du lancement. Un lancement raté qui s’explique en partie par l’application de la stratégie utilisée habituellement pour les produits web de Google : un lancement en mode bêta, puis des sorties régulières de nouveaux développements. Seulement… pour susciter l’achat d’une machine aussi chère cela ne suffit pas.

Pour enfoncer le clou, Google ne dispose pas contrairement à Apple de droits et/ou de contrats avec les différents fournisseurs de contenu, avec iTunes, Apple avait déjà débroussaillé le terrain. Les deux machines disposent pourtant de Netflix (permet de bénéficier de la consultation illimitée du catalogue contre le paiement d’un forfait mensuel) pour le marché américain, mais l’application portée sur Google TV est un échec.

Apple avait, lui, appris de ses erreurs avec la première génération d’Apple TV, et a lancé timidement la deuxième génération pour « tester » de nouveau le marché avec une nouvelle approche et avec 2 millions d’exemplaires vendus, le pari est déjà gagné pour Apple : nous devrions voir dans les prochains mois un investissement plus conséquent sur ce produit, tant en communication et marketing, qu’au niveau des possibilités du système.

Pour autant, Logitech déclare continuer à croire en la Google TV, et un accord semble avoir été trouvé avec Samsung, afin de doter Google TV d’un processeur ARM, bien moins couteux qui obligera déjà Google à devoir supporter deux architectures différentes… Affaire à suivre donc !