Trois acteurs majeurs (au moins) ont commencé des discussions en vue de racheter Hulu, le site de streaming US, concurrent de Netflix.

Le Los Angeles Times nous informe qu’au moins trois acteurs majeurs du web sont interessés par le rachat de Hulu : Google, Yahoo et Microsoft. Les conseillers financiers de Hulu, Morgan Stanley et Guggenheim Partners, ont eux-mêmes organisé les rendez-vous avec plusieurs firmes des médias, de l’électronique grand public et des télécommunications.

Hulu fait briller les yeux de Google Microsoft et… Yahoo ?!

Cela fait bien longtemps que nous n’avions pas parlé de Google, Yahoo et Microsoft dans le même sujet de conversation, tant Yahoo! étant à la traine ces derniers temps, mais il se pourrait bien que la firme désire revenir au premier plan et ainsi rattraper son retard dans le domaine des TV connectés.

Pour Google, ce serait enfin l’occasion de faire décoller YouTube avec du contenu officiel/pro (par opposition au contenu des utilisateurs), le but ultime pour Google étant de créer des chaines par univers.

Microsoft propose également les services de Hulu via sa Xbox et trouverait là un moyen de rendre son offre plus attractive.

Mais ce qui attirerait le plus les 3 gros acteurs du web, ce sont les droits acquis par Hulu. La société a réussi à attirer pas moins de 600 annonceurs cette année. Hulu possède des droits sur Glee, Modern Family ainsi que d’autres émissions à succès et devrait empocher plus de 500 millions de dollars de revenus cette année provenant à la fois de la publicité mais aussi via son service Premium, Hulu Plus.

De plus Walt Disney et News Corp., deux des acteurs propriétaires de Hulu ont renouvelé tous leurs accords de diffusion afin de rendre la société encore un peu plus attractive, en vue bien sûr, de sa revente.

Une belle plus value

Le coup serait parfait pour les actuels propriétaires de Hulu, majors et gros réseaux câbles trouveraient ici une belle source de revenus alors que la plupart se plaignent encore de la baisse continuelle des audiences et des ventes de supports physiques. Les propriétaires se débarrasseraient également de la négociation permanente avec les autres studios et groupes de télécoms, notamment afin de pouvoir lancer le service en Europe, une intention clairement affichée par Hulu depuis plus d’un an déjà, sans succès.