La présentation de Sony a eu lieu hier soir et était loin d’être aussi léchée qu’une présentation de Steve Jobs. Passons. Le contenu était-il au rendez-vous ? Oui, voici les infos les plus intéressantes !

Lancement

Lancement fixé au 24 octobre aux US, il nous faudra attendre jusqu’au début 2011 pour nous Européens, avec un prix de départ de 599$ pour la 24″ et 1399″ pour la 46 pouces, les tarifs sont assez intéressants pour les TV. La box Google TV de Sony est équipée d’un lecteur Bluray et sera mise en vente au prix de 399$. Autant les tarifs des TVs semblent plutôt abordables, autant le tarif de la box est assez élitiste.

Techno

Le 24″ est équipé d’une dalle LCD, certainement moins chère à produire pour permettre un tarif agressif sur le modèle d’entrée. Les plus grosses diagonales bénéficient elles, d’une dalle LED dernier cri. Le wifi est de la partie pour toutes les versions, ainsi que la machine à écrire télécommande qui semble assez petite et peu intuitive d’après les premiers retours, bien qu’elle soit complète (sans doute trop pour le commun des mortels), pourquoi ne pas avoir rendu le module noir détachable pour le zapping de tous les jours ?

Contenu

Le nombre d’applications pré-installées et disponible au lancement est quelque peu… ridicule, pourtant le présentateur y est allé de sa petite pique envers la fermeture d’Apple concernant les Apps. Voici celles qui seront dispo pour le lancement :

  • YouTube
  • Twitter
  • Napster
  • Netflix (US only)
  • CNBC (US donc)
  • Pandora (US only)
  • Et la petite exclu de Sony : Qriocity. C’est quoi ? C’est la seule valeur ajoutée de Sony sur cette Google TV : un accès en avant première aux contenus produits par Sony avant même les disponibilités en DVD, VOD ou Bluray.

L’interface

  • La première chose qui frappe c’est l’interface qui diffère à chaque fenêtre, fonctionnalité ou app… On sent que les défauts des téléphones Android ne sont malheureusement pas oubliés : très déroutant pour le novice.
  • Les éléments de l’interface changent de tailles selon la diagonale de la TV, jusqu’à avoir des éléments démesurément gros sur les diagonales les plus larges.
  • La partie Google TV ne tourne pas dans la même résolution que la TV elle même, impression de changer de résolution lors du switch de l’un à l’autre mode, l’interface de Google semble tourner en 720p (peut-être un réglage).
  • Le PIP (picture in picture), aperçu d’un programme lorsque l’on utilise une application sur Google TV semble bien fonctionner cependant les apps ne le prévoient pas du tout : exemple de l’application Twitter qui dispose d’espace vide sur la gauche alors que le PIP est à droite au-dessus du contenu.

Conclusion

Impressions mitigées pour ce début de la Sony Google TV (d’ailleurs il faudrait que Sony pense à lui trouver un vrai nom !).

Le manque d’applications se fait cruellement ressentir et contraste avec le discours de Sony/Google en promettant des centaines. Bien entendu, la plateforme est nouvelle, mais l’iPad dès son lancement, ne disposait-t-il pas d’applications et de gros partenariats ? Il faudra voir si cette situation s’améliore dans les prochaines semaines avec l’ouverture du SDK.

L’interface, toujours elle, qui sur les photos semblait fluide et simple souffre comme sur les téléphones Android d’une inconsistance notoire ou il faut apprendre le fonctionnement de chaque écran, malheureusement les applications qui seront développées sur la plateforme devraient souffrir du même mal : la faute à un SDK « trop libre ».

La box Sony quant à elle semble destinée aux cinéphiles et technophiles tant son prix semble élitiste, il est sûrement possible d’avoir le même matériel en composant soi-même sa box à tarif beaucoup plus compétitif, pour cela, encore faudrait-il que Google autorise l’installation d’Android sur d’autres machines mais rien n’est moins sûr…. Google TV, une plateforme ouverte mais pas trop ?

Qu’en pensez-vous ? Des acheteurs potentiels ?